Rencontre avec Michel Enjolras société Humbert Beretta partenaire du site

  •  Depuis combien de temps exerces tu ce métier ?

Michel Enjolras  :

Tout d’abord il faut savoir que je suis à la retraite depuis fin 2011 et que je viens d’avoir 69 ans.. Je continue quand même à m’occuper de BERETTA et des cartouches FOB lors des grandes compétitions nationales où je me déplace avec le camion BERETTA FRANCE. Pour se faire j’ai des accords avec le Directeur Général Pierrick MAZODIER qui me fait des CDD à chaque déplacement. Si je fais ça c’est par PASSION et c’est une drogue dont je ne peux me passer… La retraite c’est le TOP quand on s’occupe et j’ai l’impression d’avoir 40 ans en restant dans ce milieu que j’aime.

  •    Ou si situe le siège Humbert exactement ?

Michel Enjolras :

Le siège social de BERETTA FRANCE est à VEAUCHE (42340) à côté de ST ETIENNE et a gardé le nom du plus gros importateur d’armes en FRANCE les ETS HUMBERT créé en 1932… tout passait par M. HUMBERT de WINCHESTER, BERETTA, COLT etc… BERETTA étant la carte maîtresse qui est restée lorsque les importateurs se sont multipliés récupérant certaines cartes.

  • Combien êtes vous au sein de votre entreprise ?

Michel Enjolras:

Je suis dans le métier depuis 1974 avec la S.N.P.E  Société Nationale des Poudres et Explosifs mais dans les armes et munitions depuis 1980 où la S.N.P.E. avait repris le contrôle de l’usine d’ARMUNIT’S PRODUCTION fabricant de cartouches et de douilles. Au départ nous vendions les cartouches VIRI ainsi que des armes et accessoires de négoce et j’étais responsable du secteur Sud-Est de la France  dont la Corse. En 1984 nous avons repris la Douillerie Française située à Toulouse qui fabriquait les cartouches FOB. Nous avions donc deux marques de cartouches et deux réseaux de vente différents. A un moment donné nous avons laissé tomber VIRI pour ne garder que FOB réputée pour la CHASSE et le BALL-TRAP.  C’est en 1993 que la S.N.P.E. a racheté HUMBERT jusqu’à ce que BERETTA ITALIE rachète à son tour cette société pour la rentrer dans la Holding BERETTA et ce en 2001. Là je passe les détails car ça devient compliqué… A noter que chez HUMBERT une cinquantaine de personnes y travaillent.

  • Comment se déroule une journée type ?

Michel Enjolras :

Une journée type chez HUMBERT c’est la visite des commerciaux sur le terrain qui visitent principalement les armuriers et les grossistes en armes et munitions. Ils sont là pour prendre les commandes et entretenir les bonnes relations avec les clients. Les commandes sont transmises le soir même chez HUMBERT et c’est le magasin qui va préparer le matériel pour expédier dans les délais demandés. Des secrétaires (femmes et hommes) gèrent les dossiers clients par secteur, prennent les appels téléphoniques pour les commandes directes et les renseignements ou problèmes à régler s’il y en a. Le service Marketing met tout en oeuvre pour l’organisation des expos salons, préparation des catalogues, mise en place de promos etc… Le chef d’atelier gère de son côté plusieurs armuriers et transmet son savoir pour tout renseignement téléphonique clients. Un tunnel de tir à 50 m est sur place pour contrôler les armes réparées ainsi que pour les réglages lors de montages d’optiques. Chez HUMBERT existe plusieurs divisions dont BERETTA, BENELLI et la partie Gendarmerie/Police. Chaque division vend entre autre plusieurs produits de la Holding BERETTA dont SAKO, TIKKA, FRANCHI, STOEGER, VICTRIX, UBERTI, STEINER, BURRIS, ZAMBERLAN mais aussi AIMPOINT, TRIJICON, WEAVER, HENRY, FEDERAL, CCI, SPEER, RUGER, SAFEGOM, RCBS, ASE UTRA, LANCER et bien sur FOB.  Un service achat et importation sans oublier le dédouanement complète le tableau. Le service comptabilité /finance est le gestionnaire de cette mécanique bien huilée pilotée par son Directeur Général Pierrick MAZODIER que certains ont rencontré sur des pas de tir et qui est un chasseur passionné. Voilà vous connaissez un peu mieux BERETTA FRANCE.

  • As-tu vu une évolutions dans le tir depuis ses 10 dernières années ?

Michel Enjolras : 

Depuis ces 10 dernières années le tir a évolué dans la technicité des armes avec des nouveautés et des performances techniques notamment sur les canons, les bascules, les équilibres et le poids. Certains ont fabriqué des lunettes avec insert et masques multicolores pour améliorer la vision du plateau en fonction du temps (soleil, pluie… ) et imaginé des crosses réglables pour que le tireur puisse conformer son arme à ses mesures. Là on peut dire que le Français Pierre BOUTIN a fait fort avec sa crosse PUMA T.G.V. et ses lunettes SHOOT-OFF N.G.  Bien sûr il n’est pas le seul à proposer ce type de produits mais c’est un créateur ingénieux qui est à l’écoute du tireur et qui ne ménage pas ses efforts notamment dans ses déplacements dans le monde entier où il a su implanté tous ses produits. BRAVO LA FRANCE !

  • Il y a-t-il quelque chose qui te dérange dans ta profession ?

Michel Enjolras:

Rien ne m’a dérangé dans ma vie professionnelle où les armuriers étaient des amis qui m’ont toujours fait travailler en achetant mes produits. C’est sûr ils me manquent mais c’est la vie et les jeunes ont pris le relai. L’avantage que j’ai eu c’est de travailler dans un secteur qui était ma passion : le ball-trap et la chasse…

Pour les munitions, FOB est une marque emblèmatique avec des résultats exceptionnels grâce à Michel CARREGA, Georges GERIN, Bernard BLONDEAU, Charles BARDOU, Jean-Paul MORDEFROID, Mauricette COLAVITO et bien d’autres qui ont enlevé le ” GRAAL  ” dans multiples compétitions et je ne peux tous les nommer car la liste est trop longue.Visuellement FOB est moins présent sur les pas de tir car la concurence est rude notamment avec les Italiens et les Espagnols. Beaucoup parlent des prix moins élevés mais c’est parce qu’ils n’ont pas demandé à leur armurier car les prix FOB sont pratiquement identiques et moins chers dans certains modèles. Renseignez-vous et vous ferez travailler des Français ! Peut être que le CORONAVIRUS fera réfléchir certains en achetant des cartouches Françaises pour faire travailler des entreprises Françaises…

  • Pratiques tu le tir et dans quelles disciplines ?

Michel Enjolras: 

Je pratique le tir principalement en F.U. mais j’ai fait de la F.O. à l’époque où il n’y avait qu’une seule Fédération et une seule licence. Je regrette cette cassure car pour moi tout ce qui concerne le tir me passionne et je n’aime pas les critiques entre disciplines. Nous sommes tous des tireurs qui voulont que notre sport décroche des médailles et j’espère que nous en aurons en 2021 aux J.O. de TOKYO car nous avons d’excellents représentants dont la plupart viennent de la F.F.B.T.  Je pratique également le PARCOURS et le COMPAK depuis que j’expose BERETTA et FOB mais je ne peux jouer à fond toutes les cartes. J’ai laissé tomber malheureusement la D.T.L. mais je ne pouvais pas tout faire car j’ai aussi une vie de famille… Je fais également du tir sur cible car je possède un BERETTA 92 FS mais il ne chauffe pas comme mon DT 11…

  • Quel est ton meilleur souvenir professionnel ?

Michel Enjolras : 

Mon meilleur souvenir professionnel c’est lorsque j’ai accompagné au Sénégal les clients qui avaient gagné le ” concours vitrine VIRI ” en 1985.  J’avais gagné mon ticket car j’étais le meilleur vendeur de la société l’année précédente. De plus, Michel CARREGA était de la partie et nous avons passé une semaine de folie aux tourterelles, gangas, pintades et phacos…

  • Quel est ton meilleur souvenir sportif ?

Michel Enjolras : 

Mon meilleur souvenir sportif c’est mon titre de CHAMPION DE FRANCE FU en 2017 à YCHOUX avec un 193/200 à un plateau de la MAITRISE… que je loupe pour la seconde fois car en 2011 au CHAMPIONNAT DU MONDE sur ce même stand je termine 6ème dans ma catégorie à 2 plateaux du 1er avec un 189/200 alors que la MAITRISE VETERANS était encore à 190… Par contre j’étais plus qu’heureux sur ce podium entouré par deux ” MONSTRES ” et amis de la F.U. CHAMPIONS DU MONDE, Joël GIRARD et Daniel CHAYOUX de quoi être fier et aux anges…

 

  • As-tu eu un modèle qui t’a inspiré dans le tir ?

  Michel Enjolras :

Mon modèle c’est comme beaucoup de tireurs de mon âge entre autre Michel CARREGA mais aussi Bernard BLONDEAU et Georges GERIN pour la FOSSE. Pour le PARCOURS et le COMPAK c’est Charles BARDOU et Jean-Paul MORDEFROID.

  • Quels sont tes projets d’avenir ?

Michel Enjolras : 

Mes projets d’avenir c’est de me maintenir dans le haut niveau de ma catégorie le plus longtemps possible, essayer de décrocher une autre titre important et faire aussi bien que mon ami Marcel FANET à 95 ans si j’y arrive…

 

Merci Michel pour avoir prit la peine de répondre au nom de la socièté Humbert. Je crois que j’ai choisi le bon personnage car comment ne pas associer ton nom à la marque Beretta. Je tiens à te rendre hommage car je te vois de partout sur les stands et tu es toujours la pour les tireurs  et tu es toujours prêt à aider n’importe quel tireurs en difficultés.Tu es apprécié de tous et j’ai vraiment plaisir à te croiser et échanger avec toi.Tu es vrai passionné et ton implication pour notre passion est indispensable.

Merci à la sociétè Humbert d’être partenaire du site et merci Mich car tu n’es pas étrangè à ceci.Au plaisir de te recroiser très vite. Amitiés.Michel 

 

 

Partager via :

3 réponses à “Rencontre avec Michel Enjolras société Humbert Beretta partenaire du site”

    1. Merci Patrice. Merci également à Michel CLAPIER pour avoir pensé à moi afin de représenter sur son nouveau site la STE HUMBERT BERETTA FRANCE.

      Amitiés. MICH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.